1. Assurez-vous que votre écran soit à la hauteur de vos yeux. Un écran trop bas va favoriser un arrondissement de votre dos, provoquant ainsi des maux de cou et de tête.

2. Tentez de garder votre souris proche du clavier. Vous éviterez ainsi d’éloigner le bras du corps. Plus votre bras reste près du tronc, moins les trapèzes et les muscles du cou sont tendus.

3. Prenez des pauses régulièrement et profitez en pour bouger, vaquer à d’autres tâches et pour recentrer votre posture. Pour ce faire, adossez-vous à un mur et accotez l’arrière de la tête, les omoplates, les fessiers, les mollets et l’arrière des talons. Maintenez cette posture pour une trentaine de secondes.

4. Si vous utilisez un portable sur une période prolongée, munissez-vous d’un clavier et d’une souris externe et placez votre portable sur un pied. Vous minimiserez ainsi les tensions cervicales.

5. Si votre emploi nécessite l’utilisation du téléphone, pensez à vous procurer un casque d’écoute pour éviter de tenir le combiné entre l’oreille et l’épaule.

6. Si votre entreprise est proactive, pourquoi ne pas faire venir un massothérapeute sur une base régulière pour des massages sur chaise ? Parlez-en à votre chiropraticien qui pourra vous aider à organiser ce service.

7. Enfin, si malgré ces recommandations, vous souffrez d’inconforts, de douleurs et de raideurs, demandez à votre chiropraticien(ne) d’évaluer votre poste de travail, de vous donner des exercices spécifiques à votre condition et de modifier votre protocole de traitement.

L’Australie vient de mettre en place des mesures pour diminuer la posture assise prolongée. En effet, le fait de rester assis de longues heures dans la voiture, au travail ou à la maison apporte une perte de la lordose lombaire. Il en résulte un écrasement des disques au bas du dos. De plus, les muscles abdominaux profitent de la station assise pour se relâcher et ne font plus leur travail de gainage.

Le rapport australien fait aussi mention d’une moins bonne élimination des graisses et d’une perte d’efficacité du flot sanguin.

Alors allez hop! on change de posture fréquemment et si votre travail vous oblige à passer de longues périodes en voiture ou à votre poste, assurez-vous de maintenir la lordose lombaire, soit par un siège ergonomique ou simplement un coussin lombaire. Demandez aussi à votre chiropraticien(ne) des exercices d’étirement lombaires et de renforcement abdominal.

Le réveille-matin sonne. On se lève pour l’éteindre d’un mouvement brusque et… ouch! Le cou est bloqué! La chiropraticienne Mélanie Gauvin nous donne quelques trucs pour soulager les fameux torticolis.

Article paru dans…

Comprendre la source
La première étape est de déterminer ce qui cause le torticolis, croit Mélanie Gauvin. Il peut s’agir d’une faiblesse de la musculature du cou ou d’un mauvais mouvement au niveau des vertèbres cervicales. Le torticolis peut également être d’origine traumatique, comme dans le cas d’une chute. On peut consulter après 48 heures s’il ne passe pas. On consulte également si on en souffre à répétition.

Surveiller la posture de sommeil
Une mauvaise posture de sommeil peut favoriser l’apparition des torticolis. «Quand on dort sur le ventre, il y a une grosse rotation de la tête qui crée de la tension», explique la chiropraticienne. La posture de sommeil idéale est sur le dos ou sur le côté, avec un oreiller ni trop épais ni trop mince.

Chaud ou froid?
Tout dépend de la source! Si la douleur est d’origine musculaire, la chaleur va détendre le muscle et le soulager. Par contre, la chaleur va augmenter la douleur s’il s’agit d’une inflammation. Dans ce cas, on opte pour de la glace. En règle générale, la glace n’empire pas la douleur, alors que la chaleur risque de le faire; on peut donc commencer par le froid.

Continuer à bouger
Autrefois, on recommandait le port d’un collet cervical pour traiter les torticolis. Cela n’est plus conseillé, explique Mélanie Gauvin: «Il faut continuer à bouger malgré la douleur, le plus rapidement possible.» Si la douleur est insupportable, on peut commencer par bouger les épaules.

Gare à la posture!
Garder une posture fléchie vers l’avant peut favoriser le blocage d’un muscle du cou. Autre mouvement à éviter: la tête renversée vers l’arrière, comme lorsqu’on peinture un plafond. Il importe donc de faire des pauses et de bien s’étirer.